Posts tagged: Splatterhouse

Splatterhouse: de la tête aux pieds

By neocalimero, 31 janvier 2011 12:43

ban-inutile donc indispensable

J’imagine déjà vos réactions à mon sujet du genre que je deviens un peu “borderline” avec ma passion pour le jeu vidéo (et pour la licence Splatterhouse). Mais non je vous rassure tout de suite, le colis que je suis allé récupérer à la Poste n’était pas pour moi, mais pour mon garçon… eh oui. Je ne suis pas “fashion (gaming) victim” au point de mettre des chaussures arborant une licence de jeu vidéo (un T-shirt par contre… ), surtout quand elles sont décorées de taches de sang et de crânes (et même si j’adore le cinéma de genre). Wink

Bref, mon garçon de 14 ans pratiquant skate & surf (y compris au collège comme option sport) depuis quelques années, est sensible aux marques chères à l’univers des amoureux de planche à roulettes. Et quand il a vu que la licence Splatterhouse avait été reprise dans un partenariat entre Globe et Namco-Bandai pour concevoir une paire de chaussures sobrement nommée “Namco X Globe Splatterhouse Superfly Hi”, eh bien il les a voulu… ça tombait bien, celles qu’il avait aux pieds étaient dans un sale état (mais je me demande s’il n’a pas volontairement et artificiellement accéléré leur déchéance).

Voila, la boucle (de chaussure oh oh) est presque bouclée, sauf que je n’ai pas encore autorisé mon garçon à jouer à Splatterhouse sur Xbox 360, je sais je suis un père tyrannique. Faut dire que Signes et le premier épisode d’ X-files lui fichent la trouille alors je préfère y aller progressivement: d’abord les classiques du cinéma fantastique/de genre (Alien, Jaws, Terminator, The Thing, Robocop, etc. ), puis plus tard les jeux vidéo (Silent Hill 2, Forbidden Siren, Splatterhouse, Resident Evil 4, Dead Space, etc. ). C’est que dans un jeu on n’est plus simple spectateur, on est actif et ça change tout. Wink

Splatterhouse: le retour du press kit

By neocalimero, 14 janvier 2011 17:26

ban-gaming

Il y a quelques temps, je vous avais concocté un billet sur le remake next gen de Splatterhouse et du press kit que j’avais reçu. J’étais content de mon acquisition, jusqu’à ce que je réalise que mon press kit était comment dire… reconstitué. Le jeu inclus sous blister n’était pas le jeu d’origine (devant arborer un bandeau “promotionnel” ), il manquait le DVD d’assets ainsi qu’une lettre accompagnant le Tshirt. Bref, je m’étais fait avoir.

Et puis à force d’investigations, j’ai réussi à trouver un autre press kit mais version PlayStation 3 enfin complet (du moins presque car il manque encore la lettre). Gros point positif, je l’ai acheté à un anglais pour moins cher que le jeu commercial, et ça m’a permis de revendre mon exemplaire incomplet (mais en précisant à l’acheteur les pièces manquantes, tout le monde n’est pas malhonnête).

Du coup, à moi le jeu promotionnel de Splatterhouse sur PlayStation 3 ainsi qu’un nouveau numéro pour ce press kit: 135/666. Cependant j’aimerais bien savoir si ce nombre correspond à 666 exemplaires pour l’Europe ou au niveau mondial (sachant que le disque d’assets incluait les langues italienne, française et anglaise). Pour la lettre manquante, lettre expliquant l’utilisation du Tshirt et de la réalité augmentée, je vais encore devoir chercher un peu, mais une simple photocopie saura me satisfaire si je ne trouve pas mon bonheur.

J’ai donc pu profiter du contenu du disque d’assets ( voir l’image ci-dessus) incluant bandes annonces, images, dossier de presse et jaquettes (dans différentes langues). Un DVD que j’ai trouvé intéressant principalement pour les vidéos car elles compilent de nombreux trailers et/ou teasers, dont ceux des premières annonces officielles du développement du jeu. Du coup on peut réellement constater les changements opérés graphiquement (sur le logo, le personnage principal et les ennemis) avant que Namco Bandai insatisfait du résultat ne retire le développement du jeu au studio BottleRocket. Et puis il y a ce teaser filmé en prise de vue réelle. Wink

En plus des quelques vidéos de gameplay, et très nombreuses captures d’écran du jeu, on peut trouver 6 ridicules artworks, certes vraiment bien fichus, mais pas de quoi me rassasier et pourtant je suis vraiment fan de la personne qui a réalisé tous ces artworks (ils sont d’ailleurs certainement plusieurs). Je pense même faire quelques recherches dans un avenir proche car j’aimerais bien trouver un artbook sur le jeu.

Voila, le psychopathe que je suis, fan de Splatterhouse a finalement presque oublié sa déception passée pour le précédent kit presse malhonnêtement vendu pour complet alors qu’il n’en était rien. Mais le dieu des gamers m’a entendu et aidé dans ma quête vers le Saint Graal vidéoludique “gorement” bourrin. Ma patience a payé. Wink

Splatterhouse: vous en voulez en gore?

By neocalimero, 21 décembre 2010 14:52

ban-gaming

Quand je vous disais il y a peu de temps que le rétrogaming restait toujours d’actualité, même indirectement grâce aux simple portages 2D (sur téléphones portables, plateformes de téléchargement genre “Console Virtuelle” sur Wii, compilations sur consoles) ou remakes 3D de vieux jeux pour machines Next Gen et/ou HD. La raison de ce revival est multiple, de la volonté d’éditeurs cherchant à partager des titres de qualité issus du patrimoine vidéoludique à un but purement mercantile en faisant du neuf avec du vieux sans effort, ou encore par manque d’idées originales en déterrant une vieille licence et en la remettant au goût du jour avec plus ou moins de réussite (un peu comme à Hollywood depuis un certain temps).

Et Splatterhouse est une licence qui revient de loin car cela fait près de 17 ans qu’aucun nouvel épisode n’était sorti. Initialement, Splatterhouse est un jeu sorti en 1988 en salle d’arcade dans lequel vous incarnez un personnage masqué (très proche visuellement du tueur de la saga “Vendredi 13″ ), vu de côté et destiné à éliminer tous les ennemis sur son passage à l’aide de ses poings, pieds et autres armes improvisées disséminées sur son chemin (planche cloutée, barre à mine). En fait, le pitch est digne d’un film d’horreur bien cliché: Rick un jeune étudiant en parapsychologie emmène sa petite amie  Jennifer dans le manoir du professeur et docteur West, les choses se passent mal car Rick est mortellement blessé mais sauvé in extremis par les pouvoirs maléfiques d’un masque aztèque issu de la collection du docteur West. Ce-dernier enlève Jennifer et Rick part à sa recherche malgré l’emprise démoniaque du masque. Pour l’époque, la grande originalité du jeu était de proposer un univers graphiquement très détaillé plongeant le joueur dans un décors de film d’horreur avec monstres en tout genre, explosions de chair et de sang et autres éléments bien gore. Mais passé cette originalité, la maniabilité du personnage principal était vraiment ardue et la moindre erreur d’appréciation (saut ou collision avec un obstacle ou ennemi) devenait fatale. Avec son lot de qualités et de défauts, Splatterhouse devint rapidement un jeu culte, principalement pour son côté subversif et violent (naturellement attractif pour les jeunes joueurs de la fin des années 80).

Splatterhouse fut adapté en 1990 sur NEC PC Engine dans une version moins réussie que l’original en arcade, mais l’édition FM-Towns de 1992 lui rendra honneur sur support CD-rom.  La Nintendo Famicom aura également droit en 1989 à un épisode décalé nommé “Splatterhouse: Wanpaku Graffiti” reprenant l’univers du jeu original mais avec des graphismes mignons et SD (grosses têtes et petits corps). Par la suite l’éditeur Namco sortira 2 séquelles sur SEGA Mega Drive en 1992 et 1993 pour finalement enterrer la licence. Il faudra finalement attendre début 2008 pour que Namco Bandai annonce officiellement le projet d’un reboot 3D du jeu original pour consoles PlayStation 3 et Xbox 360. Le développement du jeu sera chaotique et sa sortie maintes fois repoussée car le jeu initialement développé par le studio BottleRocket sera repris directement en interne par Namco Bandai, insatisfait du travail effectué sur le titre. Splatterhouse sortira finalement en novembre 2010.

Mais du coup, que vaut ce remake dont l’accouchement aux forceps fut plus que difficile? eh bien un jeu moyen avec de nombreux défauts, mais un réel plaisir coupable (comme avec le jeu Fist of the Northstar sur PlayStation 3 et Xbox 360). Un jeu bourrin aux graphismes inégaux, une ambiance gore et violente à souhait, le même scénario que le jeu original et pas mal de références à ce dernier, pas mal de bonus à débloquer dont le jeu original (version arcade) et les 2 épisodes Mega Drive, une bande son reprenant des morceaux de groupes de metal qui tâche… mais un jeu répétitif, et donc destiné principalement aux fans de la licence (donc moi). Je ne vais pas vous mentir, je ne dois pas être très objectif car je trouve le jeu vraiment défoulant et assez fidèle à l’esprit original de la série. Soyons réalistes, il est rare de créer un jeu grandiose à partir d’une licence moyenne (même si culte). Splatterhouse ne prétend pas être un jeu ambitieux, simplement honnête  et référentiel envers le matériau d’origine, et forcément destiné aux vieux nostalgiques comme moi. Mais il fait pale figure face à un God of War III, Darksiders et autres Beat’em all  blockbusters du genre techniquement irréprochables.

Donc, déjà possesseur de le version PC Engine et du 2ème épisode Mega Drive dès leur sortie (donc ce n’est pas récent), j’ai forcément craqué pour le remake Xbox 360, mais également pour le press kit difficile à trouver car parait-il produit à 666 exemplaires. Un objet vraiment collector en forme de cercueil incluant le jeu, ainsi qu’un T-shirt qui, si on le porte devant sa webcam (après s’être rendu sur le site du jeu) fait sortir de votre ventre un bras armé d’une planche cloutée grâce à la réalité augmentée. Un truc surprenant mais bien pensé et vraiment en accord avec le jeu. Wink

Panorama Theme by Themocracy