Category: Lectures

Presse spécialisée & jeu vidéo en 2012

By neocalimero, 30 décembre 2012 17:09

ban-gaming

Quand on est passionné par le jeu vidéo, jouer c’est bien (c’est même primordial) mais s’informer sur son média préféré est tout aussi passionnant (voire cultivant). La jeune génération de joueurs d’aujourd’hui n’a pas connu une époque où s’informer rimait avec le bouche à oreille et la visite du rayon jouets d’un supermarché. Puis vinrent les premiers magazines dédiés à la presse jeu vidéo et les trop rares chroniques à la télévision jusqu’à l’apparition du moyen de recherche d’information ultime: Internet. Certes ce-dernier est à double tranchant car éditeurs et développeurs ont désormais tendance à le sur-exploiter, à en abuser en diffusant chaque semaine (quand ce n’est pas quotidien) des news sur leurs projets en cours quitte à révéler tout ou trop d’informations sur un jeu. C’est une manière d’exister face à la concurrence et de se persuader de fidéliser une clientèle de joueurs qui ne cesse de grandir. Mais Internet c’est aussi l’instantanéité et la réactivité de l’info plus seulement textuelle mais également associée à du son et de la vidéo (quand à une époque il fallait attendre 1 mois pour lire dans son magazine préféré les nouvelles fraîches… déjà vieilles du mois précédent). Mais plus que jamais, Internet c’est surtout une communauté exponentielle de joueurs partageant la même passion, des conseils, des avis, des rencontres…

Bref, voici une sélection de mes sites d’information préférés dédiés au jeu vidéo, un top 2012 en quelque sorte. Wink

C’est assurément le site d’information généraliste sur lequel je me rends le plus régulièrement, un site pas exempt de défauts, mais s’améliorant continuellement, complet et terriblement attachant pour qui a grandi en même temps que ses chroniqueurs et suivi depuis le début l’aventure Joypad (jusqu’au changement de ligne éditorial de 2003) ou même Gaming (et ses 6 numéros). La force de Gameblog c’est un style journalistique et rédactionnel laissant clairement transparaitre la personnalité de chaque chroniqueur à travers un travail toujours professionnel mais vivant avec son temps (entre presse jeu vidéo traditionnelle… et people).

Enregistrement du podcast audio Gameblog (la vidéo est accessible uniquement pour les abonnés Premium)

Leur travail est toujours accessible même quand il est pointu, créant une proximité entre l’internaute et le journaliste et c’est plus que jamais vrai en regardant ou écoutant l’indispensable et référentiel podcast hebdomadaire, un pur moment de convivialité. Selon le chroniqueur, la passion semble parfois l’emporter sur l’objectivité mais c’est selon moi un atout car Gameblog, c’est un peu vos potes, mais des potes qui bossent dans le jeu vidéo. A noter que Gameblog propose une excellente application pour iPhone réussie esthétiquement et très ergonomique.

Gamekult c’est un peu le “courrier international” du jeu vidéo, entendez par là le site le plus objectif quand d’autres diront le plus pro, le plus froid, le plus dur en terme de notation. Moi j’y vois des tests, articles dossiers et news complets, techniques, détaillés et pragmatiques, du journalisme à l’état pur. A l’image du podcast de Gameblog, Gamekult l’émission s’est bonifiée avec le temps même si elle s’est longtemps cherchée, ce rendez-vous hebdomadaire reste à mon humble avis la référence en terme d’émission vidéoludique proposant information et débat sur le jeu vidéo.

Le plateau de "Gamekult, l'émission"

Gamekult et Gameblog sont pour moi le Yin et le Yang des sites francophones généralistes sur le jeu vidéo, deux valeurs sûres à inclure au plus vite dans les favoris de votre navigateur internet. Tout comme Gameblog, Gamekult possède son application iPhone.

Ce n’est pas un site, mais j’estime qu’il trouve parfaitement sa place dans cet article. La Semaine Du Jeu Vidéo c’est un magazine hebdomadaire numérique pour iPad 100% gratuit et dédié comme son nom l’indique à notre média favori. La mise en page est fabuleuse car tout le temps dynamique, interactive, proposant à travers ses articles du son des vidéos, de l’animation, des liens… Bref, c’est l’évolution ultime de la presse spécialisée papier intelligemment mixée avec le web 2.0, c’est agréable à lire, ni trop long, ni trop court et entièrement financé par une publicité pas envahissante (souvent associée à des trailers).

Esthétique, agréable à lire, ergonomique, le meilleur des 2 mondes pour un magazine jeux vidéo

Depuis peu le magazine n’est  plus exclusivement compatible avec l’iPad, donc si vous possédez une tablette (iOS ou Android) il serait vraiment dommage de passer à côté de “La Semaine Du Jeu Vidéo”, confortablement allongé sur votre canapé. Wink

Alors oui je sais, ce n’est pas un site internet généraliste ni un magazine numérique, hérésie… C’est un bimestriel papier! sauf que ce mook (contraction de magazine & book) m’a réconcilié avec la presse papier spécialisée, un truc impensable après presque 10 ans d’abstinence durant lesquels je ne trouvais plus chaussure à mon pied. Un mook qui traite de l’actualité comme de l’histoire du jeu vidéo à travers de passionnants dossiers, tests et autres interviews.

Un goût certain pour la mise en page de chacune de leurs couvertures

Mais je ne suis pas vraiment honnête, les éditions Pix’n Love m’ont rabiboché juste avant avec leur mook éponyme mais qui ne traite que de rétrogaming et pas de l’actualité jeu vidéo comme l’éclectique et exhaustif ig Magazine. Tous les 2 mois foncez acheter en kiosque le nouvel ig Mag, magnifique mook de plus de 250 pages, vous ne serez pas déçu. A savoir que de nombreux hors séries sortent régulièrement (sagas de franchises, licences immanquables, histoire d’un constructeur, etc.).

Cette sélection me semble assez exhaustive en ce qui concerne mes sources d’information sur l’actualité jeu vidéo, les autres sites que je consulte régulièrement (non mentionnés ci-dessus) sont exclusivement dédiés à du rétrogaming (Arcade, Neo Geo, Mega Drive, PC Engine, etc.) et/ou des genres spécifiques (shmup, VS fighting, etc.). Je pourrai également ajouter le podcast Silence, on joue! ainsi que les blogs amis comme ceux de Bababaloo, Rétroblogueur, Sp!nz ou Dentifritz car nous sommes avant tout une communauté de passionnés.

Et vous, que lisez-vous?

Quand la BD aime les jeux vidéo

By neocalimero, 6 avril 2012 18:15

ban-lectures

Après la vision du dernier numéro de l’émission “Le Débat” diffusée sur Game One et présenté notre Marcus national, je suis passé sur amazon.fr pour y dépenser quelques euros. Il faut dire que le thème de l’émission du 4 avril 2012 se focalisait sur la bande dessinée (jeu vidéo & humour, BD parodiant le jeu vidéo, place du jeu vidéo dans la culture geek, etc. ), et plus fort que le Télé Achat j’ai finalement craqué pour 2 bande-dessinées… mais qu’en fait je souhaitais m’acheter depuis un certain moment.

Il y a tout d’abord “Pedro & Co” (scénarisé par Fry et dessiné par Jul) arborant une magnifique couverture rendant hommage à la 16 bits de Sega (et du coup racole efficacement auprès des joueurs trentenaires). Et puis “Le Jeu Vidéo” (par Bastien Vivès) dont j’avais découvert le génial auteur au milieu des années 2000 sur les forums de Catsuka en pleurant de rire devant ses strips de Poungi La Racaille. Bref de la bonne lecture que j’ai hâte de recevoir pour vous rédiger un petit billet, en attendant voici 50mn d’émission consacrée à la BD et au Jeu Vidéo. Wink


Concours: gagnez le mook Pix’n Love N°19 (édition limitée)

By neocalimero, 31 mars 2012 14:52

ban-lectures

Pour ceux qui ne le sauraient pas encore, Pix’n Love est une maison d’édition créée en 2007 proposant de nombreux ouvrages sur l’histoire du Jeu Vidéo. Editeur précurseur en France dans ce genre d’entreprise, Pix’n Love diversifie son travail passionné par la création régulière d’un Mook (magazine/book) focalisé sur le rétrogaming, mais également l’édition de biographies de personnalités du jeu vidéo, d’histoires de machines/ludothèques emblématiques, de Cahiers du Jeu Vidéo, etc. Mais aujourd’hui, vous allez pouvoir remporter via un concours le dernier numéro du Mook Pix’n Love N°19 gratifiée d’une couverture en édition limitée à 800 exemplaires (destinée aux abonnés de Pix’n Love).

Plus de 130 pages de rétrogaming dont un dossier de 12 pages sur la saga Panzer Dragoon

Je suis fidèle au travail ultra qualitatif des éditions Pix’n Love et suis donc abonné à leur Mook, mais il y a deux semaines j’ai reçu accidentellement 2 exemplaires du dernier numéro dans deux enveloppes adressées à mon nom. Après avoir contacté plusieurs fois l’éditeur pour les informer en totale transparence de l’erreur, je n’ai pas eu de réponse de leur part. Je me permets donc de vous offrir l’exemplaire de trop. Mais avant d’évoquer les modalités du concours, permettez-moi de vous évoquer une partie du sommaire de ce numéro 19:

  • Une interview exclusive de Yukio Futatsugi au sujet du célèbre jeu de tir Panzer Dragoon
  • Cauldron II, entretien avec Richard Leinfeller
  • Des révélations sur Daytona USA avec les propos inédits de Toshihiro Nagoshi
  • Les confessions de Gwenaël Godde au sujet d’un des RPG les plus ambitieux sortis sur Mega Drive, Pier Solar
  • Un dossier sur les boxeurs dans les jeux de baston

Couverture en édition limitée du Pix'n Love N°19 et extrait de quelques articles

Bon, passons aux choses sérieuses, pour remporter ce Mook Pix’n Love N°19 il va falloir faire preuve d’un petit peu de créativité:

  1. Laissez libre cours à votre imagination en mettant dans votre commentaire (1 seul commentaire/participation accepté) un lien vers une photo/image de votre crû, mettant en scène dragon et jeu vidéo. Logique puisque la couverture rend hommage à la saga Panzer Dragoon, les photomontages sont acceptés mais pas indispensables, mais je vous rassure mon avis totalement subjectif dans le choix du gagnant ne tiendra pas compte exclusivement de la technicité de votre travail. Le maître mot sera originalité, ça peut être humoristique ou pas, bref lâchez-vous. Wink
  2. Je vous laisse héberger vous-même votre image, vous devrez mettre un lien vers cette dernière dans votre commentaire dans lequel vous pourrez brièvement m’expliquer votre travail et/ou m’expliquer pourquoi vous souhaiteriez gagner ce Mook.
  3. Le concours sera clôturé le samedi 14 avril 2012 à minuit.
  4. N’hésitez pas à re-twitter le texte suivant: RT @neocalimero – Concours Remportez le mook Pix’n Love 19 (couverture collector) sur neocalimero.fr

Sommaire détaillé du Pix'n Love N°19

Voilà, je vous souhaite à tous bonne chance, j’espère que ce concours vous plaira et je suis plus qu’impatient de découvrir vos œuvres et commentaires, n’oubliez pas de faire circuler le concours via Twitter ou autres réseaux sociaux. J’oubliais, pour les puristes, le Mook à gagner est bien évidemment accompagné de son marque page métallique tout aussi collector auquel j’ajouterai le traditionnel post-it personnalisé par mes soins. Wink

Si vous avez des questions sur le concours, n’hésitez pas à me les poser via mon Twitter.

L’Histoire de Nintendo Vol.3 de Florent Gorges (éditions Omake Books)

By neocalimero, 29 avril 2011 16:48

ban-lectures

Le très attendu volume 3 de la collection L’Histoire de Nintendo est enfin arrivé à la maison. Comme pour le déballage des 2 volumes précédents je constate qu’en plus d’être un pavé d’informations copieusement illustré, l’ouvrage est un très bel objet avec sa couverture transparente. Et puis je réalise d’un coup que son auteur (Florent Gorges) confirme une fois de plus tout son talent d’écriture autant que d’investigation qui lui a pris un peu moins de 2 ans. Je ne vous ferai pas de critique de l’ouvrage car je l’ai juste commencé, et je pense que de nombreux autres sites et blogs ont déjà partagé leurs impressions sur la toile. Un excellent podcast dédié à la sortie du mook est également disponible sur ce lien.

L'Histoire de Nintendo Vol.3 : 1983-2003 Famicom/Nintendo Entertainment System (de Florent Gorges)

Cependant, dans le but de promouvoir cet extraordinaire ouvrage dédié à la NES/Famicom et de soutenir la nouvelle entreprise de Florent Gorges (pour rappel auteur de l’Histoire de Nintendo et créateur des éditions Omake Books), n’hésitez pas à aller sur ce lien découvrir une partie du contenu du mook (et pourquoi pas le commander avec les précédents volumes) ou de cliquer sur les images ci-dessous.

Je ne sais pas si Florent Gorges réalise qu’il est en train de se créer une renommée au minimum européenne (sinon internationale) auprès de la profession du jeu vidéo et des joueurs occidentaux qui rêvaient de pouvoir acheter ce genre de collection “encyclopédiesque” pour parfaire leur culture vidéoludique. Si vous voulez tout savoir sur Nintendo, de ses origines à la NES/Famicom en passant par les Game & Watch, vous savez ce qu’il vous reste à faire. Et je conclurai en remerciant sincèrement Florent Gorges de m’avoir fait la surprise de me citer dans les remerciements divers de l’ouvrage, c’était vraiment inattendu. Flo, je t’attends pour boire un coup à la maison et inaugurer mon petit musée du jeu vidéo/gaming room. Wink

Un grand merci à Florent Gorges, p'tit bonhomme bourré de talent et incroyablement humble

Pour information, les éditions Pix’n Love (en partenariat avec Omake Books) proposent une couverture alternative du Vol.3 de l’Histoire de Nintendo présentant une Famicom (contre une NES chez Omake Books).

Pré-commande: Bible & Histoire de Nintendo

By neocalimero, 15 avril 2011 18:23

ban-lectures

Mardi dernier (oui je sais, nous somme vendredi et je suis à la bourre), grâce au tweet de YomeNetSan j’ai appris l’existence (tenue secrète jusqu’alors) d’une bible Nintendo éditée par Pix’n Love et entièrement consacrée à la Famicom/NES. En me rendant sur le site je découvre également une édition limitée à 300 exemplaires proposant une reproduction de boîte NES avec un vrai fourreau en plastique noir sérigraphié accueillant une bible de 432 pages scindée en 2 ouvrages complémentaires. Ma commande a été passée à 10h21, mais il faut croire que peu de temps après cette édition collector était épuisée, déchaînant les passions des joueurs n’ayant pu commander le Saint Graal. Marc Pétronille désolé explique très bien d’ailleurs sur le blog de Pix’n Love à quel point leur équipe a été dépassée par les évènements et que jamais ils ne s’étaient attendu à un tel succès.

J’ai donc eu beaucoup de chance de pouvoir pré-commander cette édition spéciale ultra collector et déjà épuisée avant même son édition et commercialisation. Encore merci à YomeNetSan. Et puis parce que je suis fidèle à Florent Gorges qui m’a réconcilié avec la presse vidéoludique (grâce au mook Pix’n Love) j’ai pré-commandé chez Omake Books cette fois le volume 3 de l’Histoire de Nintendo qui propose une couverture différente du même ouvrage distribué et édité chez Pix’n Love Editions. Cette Histoire de Nintendo Vol.3 arbore en couverture une familière NES chez Omake Books et une Famicom chez Pix’n Love, choisissez votre camp. In Love

Parce qu’on est en plein dans le rétrogaming, je voulais vous signaler que suite à mon dernier arrivage de jeux PlayStation 2, je viens de créer sur le blog une nouvelle section entièrement dédiée à la série SEGA AGES 2500 qui devrait rapidement s’étoffer. Pour y accéder directement cliquez sur la bannière ci-dessous. Bonne lecture Wink

Recherche vieux numéros d’Anime Land

By neocalimero, 27 mars 2011 20:02

ban-lectures

Ce week-end, en continuant d’aménager/ranger avec le nouveau mobilier ikea ma pièce faisant office de bureau j’ai été confronté aux centaines de magazines que je conserve précieusement depuis ma jeunesse: Tilt, Mad Movies, Joypad, Player One, etc… et puis Anime Land. J’ai commencé à le lire au lycée vers le numéro 5 si ma mémoire est bonne alors que c’était encore un fanzine noir et blanc, il n’existait à ce moment aucun magazine professionnel français dédié à l’animation japonaise et aux mangas. Il se destinait donc aux passionnés (geeks avant l’heure) qui passaient pour des otakus français indirectement dénoncés par Jean Jacques Beineix un soir d’Envoyé Spécial sur Antenne 2 (rappelez-vous ce documentaire), tout ça bien avant que ne déferle dans notre beau pays une inespérée vague de traductions d’animes et de mangas qui ne cessera de grandir pour finalement faire partie intégrante de nos produits culturels.

Numéros d'Anime Land qu'il me manque (je n'ai pas de visuel du numéro 13 mais je me souviens que Gunbuster/Top o Nerae est en couverture)

Bref, Anime Land était une vraie mine d’informations pour le fan d’anime et de manga et j’ai acheté tous ses numéros jusqu’au 130 ou 132 je ne sais plus trop, pour finalement m’y désintéresser à cause des changements progressifs de ligne éditoriale et de marketing du magazine. Et puis aujourd’hui avec Internet, il est beaucoup plus facile de s’informer sur l’actualité qu’en 1993. Mais je ne reproche pas à Anime Land d’avoir évolué, c’est juste qu’il ne me correspondait plus. Cependant j’ai littéralement dévoré la centaine de premiers numéros du magazine et je remercie Anime Land pour ces longues heures de lecture. Du coup je me suis mis dans l’idée de récupérer les quelques numéros qui me manquent (et qui ont dû malencontreusement partir à la poubelle ou être prêtés par des potes à l’époque), histoire de replonger à nouveau quelques instants dans la nostalgie de mon adolescence. Donc si vous souhaitez vous débarrasser de ces numéros, n’hésitez pas à me contacter. Wink

I love Mega Drive, mais pas que…

By neocalimero, 10 mars 2011 13:34

ban-retrogaming

La Mega Drive, c’est la fin de mes années collège et le début du Lycée, le passage à l’ère 16 bits (fin 1980/début 1990) et l’époque où le jeu vidéo est pour moi passé d’un simple loisir assez omniprésent à une vraie passion. Une période charnière où je devenais un joueur exigent sur la réalisation des jeux, privilégiant certains genres à d’autres et souhaitant tout savoir via la presse spécialisée et les rares émissions TV traitant le sujet.

Première salve de guide books Mega Drive très orientés vers la saga Phantasy Star, mais également avec du Super Daisenryaku, Shining Force, Bonanza Bros., Sorcerian, Tatsujin et Golden Axe

Et puis le jour où des magazines comme Joypad/Player One ou des émissions telles que Televisator 2/Micro Kids firent prendre conscience aux joueurs français que notre beau pays ne localisait qu’une infime partie de perles vidéoludiques (dont le reste demeurait exclusif au marché japonais), les mots “import” et “japonais” me révélèrent un nouvel univers. C’est la Mega Drive qui m’initia à l’import, me persuadant qu’au Japon tout était mieux qu’en France dans le jeu vidéo, de la jaquette du jeu à sa notice colorée et riche en artworks contrastant avec le livret français en noir et blanc, sans image et multi-langues (pour le marché européen).

Deuxième salve de guide books avec encore du Phantasy Star, Shining Force 2, Puyo Puyo, Juuouki/Altered Beast, de la Game Gear et du SEGA Mark III

Un détail vous me direz, qui m’a certainement conforté dans une certaine addiction à l’import vidéoludique devenant l’El Dorado du joueur occidental frustré. Plus objectivement, cela m’a permis de goûter à de vraies exclusivités jamais commercialisées en Europe, de jouer à des versions NTSC 60 Hertz (plus rapides, sans bandes noires ni écrasement de l’image) ou de profiter à des jeux originaux non censurés ou retouchés graphiquement pour le marché occidental (Last Battle, Mystic Defender, Decap Attack). Mais avant d’avoir la chance de posséder une Mega Drive japonaise, j’ai longtemps inséré des cartouches japonaises dans une console PAL (dans laquelle j’avais limé le port cartouche). Enfin la plupart du temps je me suis mis à rêver en lisant (dévorant/étudiant) les magazines spécialisés, car l’import avait un prix pas toujours accessible… heureusement qu’il y avait d’autres joueurs passionnés et un vrai partage communautaire des cartouches de jeu. Wink

Et puis un petit guide encyclopédique sur Puyo Puyo (avec son mini CD), la ludothèque Neo Geo, le DVD "The Game Library Series" consacré à la Mega Drive et un goodies Tengai Makyô

Aujourd’hui ma passion pour le jeu vidéo est intacte, et quand j’ai l’occasion de me procurer des ouvrages japonais majoritairement dédiés à la ludothèque des débuts de la Mega Drive, je ne réfléchis pas une seconde. C’est ce que j’ai fait en trouvant sur Yahoo! Japan Auction un superbe lot de guides de jeux globalement dédiés à la Mega Drive mais évoquant aussi via quelques livres la Game Gear, la SEGA Mark III et la Neo geo. J’ai également reçu mon très attendu DVD “The Game Library Series” consacré à la Mega Drive ainsi qu’un goodies Tengai Makyô offert lors du Tokyo Game Show 2004.

Goodies "Tengai Makyô" offert sur le stand d'Hudson durant le Tokyo Game Show 2004 (et précédant la sortie de Tengai Makyô III Namida sur PlayStation 2 le 14 avril 2005)

De quoi m’occuper un bon moment, et malheureusement un peu plus remplir les étagères (déjà bien fournies) de ma collection. Et pourtant je m’oblige régulièrement à faire attention à la place que prendra chacune de mes nouvelles acquisitions, connaissant les limites de stockage de ma salle de jeu qui n’a rien d’extensible. Volontairement je fais l’impasse sur certains articles trop volumineux ou pas indispensables, c’est un combat quotidien que vous connaissez très bien j’imagine. Wink

Les 3 guide books du lot que j'ai en double exemplaire

Il ne me reste plus qu’à “éplucher” chacun de ces guide books, et me demander quoi faire des 3 ouvrages que j’ai du coup en double exemplaire… si l’un de mes rétro-lecteurs est intéressé (Rétroblogueur, Nintendo, AmbSeb, etc. ) qu’il me le fasse savoir, à moins que je fasse un petit concours (c’est une bonne idée), mais franchement qui parmi vous est aussi frapadingue (et fan de SEGA) pour être intéressé par ces bouquins japonais… hein qui? Wink

Rogue Leaders: The History of LucasArts

By neocalimero, 22 janvier 2011 15:33

ban-culture vidéoludique

La matinée a bien commencé, le facteur m’a sorti du lit pour m’apporter quelques paquets dont ce très attendu Rogue Leaders: The History of LucasArts écrit par Rob Smith. Véritable bible pour les fans de l’éditeur, décrivant sa création et répertoriant soigneusement sa ludographie jusqu’à 2008. Un bouquin passionnant enrichi par de nombreuses illustrations, photos et autres croquis préparatoires et préfacé par Georges Lucas qui revient sur les 25 premières années d’existence du studio.

Pour marquer l’évènement, la couverture du livre utilise le procédé (3D) d’imagerie lenticulaire, ce qui fait que selon l’orientation du livre entre vos mains, la couverture affiche soit le Tentacule Pourpre (de Maniac Mansion & Day of the Tentacle), Darth Vader (de Star Wars… mais vous le saviez déjà), Guybrush Threepwood (de Escape for Monkey Island) et Indiana Jones (de Lego Indiana Jones). Une initiative bien sympathique, mais qui m’a fait croire un temps, avant que je passe commande, qu’il existait 4 couvertures différentes et j’espérais désespérément tomber sur le Tentacule Pourpre. Wink

Le livre est découpé en 8 chapitres: Lucasfilm Fames (1982-1985), Adventure and Simulation (1986-1990), Birth of the Classics (1990-1993), Shooting for the Stars (1993-1995), Buried Treasure (1995-1998), The Empire expands (1998-2000), Developing Without Walls (2001-2007), et finalement The Next Generation (2008 à aujourd’hui). A ces chapitres très complets, pour ne pas dire exhaustifs, s’ajoutent plusieurs appendices, les notes de l’auteur et une frise chronologique étendue sur 6 pages exposant tous les jeux sortis depuis 1984 et illustrés par les jaquette d’origine.

Bien évidemment, les chapitres m’intéressant le plus concernent les années 1982-1999 car après celà, LucasArts a selon moi fait preuve de moins d’originalité et de créativité en surexploitant la licence Star Wars. Ces 10 dernières années, à l’exception des 2 extraordinaires épisodes Knights of the Old Republic (cependant développés par Bioware), les jeux LucasArts furent de piètre qualité, qu’ils utilisent les franchises Star Wars ou Indiana Jones, et ce n’est pas les nouvelles licences (RTX Red Rock, Gladius, Thrillville ou Armed and Dangerous) qui me contrediront.

Mais pour les fans de jeux d’aventure (Grim Fandango, Sam & Max, Day of the Tentacle, The Dig, etc. ) et même des excellents et innovants X-Wing et Jedi Knight qui ont réussi à convertir à l’époque les joueurs intégristes (comme moi) ne jurant que par la 2D, ce livre est fait pour vous. A l’origine, et c’est imprimé sur le dos de la couverture, Rogue Leaders coûte 34,99 Livres Sterling (41,00 euros), mais sur Amazon.com j’ai réussi à le trouver neuf à 28,00 euros tout compris. Donc n’hésitez pas à chercher sur le Net, y compris sur ebay en jouant avec les conversions de monnaie (et sans oublier les frais de port).

Voila, j’espère vous avoir donné envie de vous plonger dans ce magnifique livre car je pense que mon enthousiasme est assez communicatif. Si les ouvrages des éditions Pix’n Love s’empilent sur votre table de chevet, Rogue Leaders est fait pour vous. Wink

Détails sur le produit:

  • Relié: 256 pages
  • Editeur : Titan Books Ltd (19 décembre 2008)
  • Langue : Anglais
  • ISBN-10: 1848561059
  • ISBN-13: 978-1848561052

Florent Gorges quitte Pix’n Love

By neocalimero, 20 janvier 2011 11:16

ban-lectures

La nouvelle a surpris, voire même décontenancé tous les amoureux de rétrogaming et de lecture qui suivent la sortie des ouvrages édités par Pix’n Love. Florent Gorges est une personne indissociable de Pix’n Love puisqu’il fut gérant de la société et la co-fonda avec Marc Pétronille et Sébastien Mirc début 2007. Une entreprise périlleuse, mais couronnée de succès et reconnue par les professionnels du jeu vidéo (presse, radio, télévision, développeurs) car Pix’n Love fut la première maison d’édition spécialisée dans l’histoire des jeux vidéo. Florent Gorges est entre autre l’auteur de “L’histoire de Nintendo” (le volume 3 est prévu pour mars 2011) et le traducteur de la Biographie de Gunpei Yokoi (pour laquelle il compléta l’ouvrage avec son auteur Takefumi Makino).

Bref, Florent Gorges explique posément sur ce lien les raisons de son départ de Pix’n Love et présente du coup son nouveau projet, une nouvelle maison d’édition nommée Omake Books. Cette dernière sortira courant mars L’anthologie du franponais et L’histoire de Nintendo Vol.3 (consacré à la Famicom/NES) qui sera également disponible chez Pix’n Love avec une couverture “collector” différente. Vous comprendrez bien que Florent Gorges quitte Pix’n Love en très bons termes et donc, laisse augurer de futures collaborations en tant qu’auteur et plus comme salarié. 2011, une année riche en ouvrages sur l’histoire du jeu vidéo?

La petite commande du jour

By neocalimero, 16 janvier 2011 16:42

ban-culture vidéoludique

Les soldes ont débuté dans ma région depuis 4 jours mais je n’ai rien trouvé de vraiment intéressant. Cependant, ça ne m’empêche de me faire plaisir et de dénicher sur le Net quelques trucs bien sympa dont “ROGUE LEADERS: The Story of LucaArts“, magnifique ouvrage de 250 pages écrit par Rob Smith narrant (et illustrant copieusement) la genèse du studio papa des meilleurs jeux d’aventure graphique jamais conçus. Je le recherchais depuis un moment pour la mine d’or qu’il renferme sur la période de l’histoire de l’éditeur m’intéressant le plus: les années Point’n Click.

Et puis, parce que j’apprécie énormément le jeu Super Meat Boy! développé par les p’tits gars talentueux du studio Team Meat, à l’annonce de la disponibilité d’un soundtrack officiel du jeu j’étais obligé de mettre la main au portefeuille. Cet excellent jeu, conçu par un studio indépendant n’est disponible que sur des plateformes de téléchargement (Xbox Live, PlayStation Network, Steam), donc quand il y a moyen d’aider financièrement la Team Meat pour développer un nouveau jeu aussi bon, je n’hésite pas à acheter le soundtrack de Super Meat Boy! proposé dans un magnifique digipack double CD (et pas un album dématérialisé) dédicacé par son compositeur Danny Baranowsky. Et ça, c’est vachement bien. Wink

Panorama Theme by Themocracy